IH 323, 383 et 453
IH 323, 383 et 453
7 mai 2024

Après la sortie des 523 et 624 en 1965, International Harvester dévoile les modèles plus petits 323 et 423 en 1966. Quelques années plus tard, le constructeur est parvenu à créer d’autres variantes intéressantes, sans oublier de les mettre au goût du jour. De ce fait, les 323, 383 et 453 viennent compléter une liste de modèles qui s’agrandit année après année.

En Europe, International Harvester a fait un carton plein avec sa série Marché Commun à partir du milieu des années 60. Avec des moteurs fabriqués en Allemagne, et des transmissions issues de France, pour au final avoir des tracteurs assemblés dans les 2 pays, IH Europe standardise ainsi sa production, réduit ses coûts d’exploitation tout en générant davantage de ventes. En 1966, les petits 323 et 423, très ressemblants à leurs grands frères 523 et 624, viennent remplacer les anciens D-326 et D-439 allemands ainsi que les F240 et F270 français. Six ans plus tard, à l’été 1972, apparaissent à leur tour les 383 et les 453, des modèles peu modifiés mécaniquement, et qui gardent le petit 323 sous leur aile, prolongé au catalogue à leurs côtés. Les tracteurs affichent un style nouveau grâce à leur nouvelle calandre dite “en gaufrier” et en aluminium, et en plus de cela, les couleurs sont légèrement différentes (rouge plus vif, plus de gris à l’avant, jantes avant et arrière devenues beiges) et le nom McCormick ne fait plus état. La brochure de 12 pages présentée ici est imprimée en France, l’année d’édition n’est pas précisée, mais on suppose assez facilement qu’elle date de 1972 ou 1973 vu les années de productions des modèles. Au point de vue vivacité et attractivité du prospectus, les yeux se posent ou se laissent glisser bien agréablement à travers les pages ; les images ne manquent pas du tout, et même si la couleur rouge domine évidemment, on a aussi quelques vues avec du vert dans les champs. Ici, IH ne s’embête pas à mettre en scène ses tracteurs sur une route ou dans un village, mais plutôt uniquement dans les champs avec des outils : au moins, le constructeur va droit au but ! Enfin, comme toute bonne brochure commerciale qui se respecte, le document se termine par 2 pages remplies par 2 tableaux entièrement dédiées aux caractéristiques techniques… Retrouvez l’intégralité de cet article dans le n°105 de Tractorama.

Aucun commentaire