1965, les tracteurs de 40 à 50 ch
1965, les tracteurs de 40 à 50 ch
7 mai 2024

En 1965, la France est en pleine expansion de mécanisation agricole. Le moteur de ce développement est le remembrement des terres agricoles et la mécanisation des exploitations passe chez les constructeurs par une multiplication des gammes et des modèles. Nous vous présentons les tracteurs de 40 à 50 ch, fabriqués ou importés en France en 1965. Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive, mais d’une sélection des modèles les plus courants.

En France, le remembrement est officialisé par une loi de 1962. Cette loi est due à la volonté du président de Gaulle et de son ministre de l’agriculture Edgard Pisani, afin de redonner à la France une position de grande nation agricole dans un monde qui se remet peu à peu de la Seconde Guerre mondiale. La stratégie du gouvernement est de faire disparaître les exploitations aux petites parcelles pour parvenir à “une utilisation rationnelle des terres de nature à améliorer la productivité”. Cela signifie des travaux importants comme l’arrachage des haies et des bosquets ou le comblement de rivières, que doivent être réalisés notamment par des tracteurs, le tout orchestré par le ministre de l’agriculture qui précisera plus tard : “J’ai été fasciné par les exigences techniques des tracteurs. Ils permettaient d’élargir les parcelles et d’augmenter les rendements”. Inutile d’écrire que cette “fascination” a été une aubaine pour les constructeurs de tracteurs présents sur le marché hexagonal. En 1962, les “petits” comme Latil ou SFV vont disparaître tandis que quatre grandes marques se partagent le marché : Massey Ferguson, Renault, McComick et Someca. Les constructeurs étrangers sont Fordson, Fiat, Deutz et David Brown. Tous les prétextes sont mis en place pour que les agriculteurs achètent un tracteur. C’est le cas, notamment, des prêts bonifiés du Crédit agricole ou des subventions dont bénéficient les CUMA. Les résultats sont impressionnants. En France, en 1964, sont fabriqués 74000 tracteurs, ce qui place le pays au troisième rang européen. Côté puissance, c’est l’accroissement. Ainsi, en 1963, 10 % des tracteurs avaient une puissance de 24 ch. En 1964 ils ne représentent plus que 9 % du parc. Parallèlement, les tracteurs de plus de 50 ch qui atteignaient 13 % en 1963, dépassent en 1964 plus de 16 %… Retrouvez l’intégralité de cet article dans le n°105 de Tractorama.

Aucun commentaire